30 déc. 2010

l'étang de Voillans

Voici quelques photos de l'étang de la Combe du Moulin.

Photo aérienne Ch. Schiffmann Septembre 2004







Il se situe près des deux sources en dessous du château.







C'est en hiver qu'il a beaucoup de charme

L'étang gelé



Reflets

Reflets

Le ruisseau qui s'écoule vers le village.

Avec sa cascade ! 

Envolée vers le lieudit "Les Arbres Brûlés" 
Rappelons que l'étang de Voillans est dans une propriété privée.
Avec l'autorisation du propriétaire nous publions ces photos prises le 27 décembre 2010.
Merci à Martine et Eric !
Nous présenterons l'étang et les sources du village au printemps.



29 déc. 2010

Eglantine

Eglantine est née le 17 novembre 2010
dans le foyer de Lydie et Guillaume Champroy-Myot en région parisienne.




Eglantine


Félicitations aux jeunes parents 
et au grand-père Claude !








28 déc. 2010

Quelques Métiers entre 1878 et 1935

Le 7 décembre dernier nous présentions le recensement du 24 mai 1866 à Voillans.
Le 10 décembre nous ajoutions des précisions sur les villageois qui pratiquaient un métier répertorié.

Voici pour les années 1878 - 1935 des précisions identiques :





En 1878 - instituteur : Alphonse Chapuis - institutrice : Mme Gauthier et Mlle Dubois.
               - curé : François Xavier Miget
En 1895 nous trouvons toujours Claude-Et. Trimaille comme aubergiste mais avec cette fois les noms : Curty, Probst, et Hème.
  • Catherine et Charles Labbé deviennent épiciers
  • Charles Petit est garde
  • Stanislas Jeannin est meunier
  • Auguste Donzelot est instituteur
  • Mme Jon est institutrice
  • Pierre Joseph Théophile André est curé
 En 1896
  • aubergiste : Curty - Trimaille
  • épicier : Labbé
  • moulin : Stanislas Jeannin
  • coupeur de bois Antoine Demeusy
  • institutrice: Mme Jon - intituteur : Auguste Donzelot
  • Coupeurs de bois devant le Petit Pont
    En 1923-24 
    • aubergistes : Probst - Trimaille
    • charrons : Corlet - Jeanneret
    • fromagerie Hème - Kuhni
    • menuisier Simonin Eugène
    • meunier Stanislas Jeannin
    • Marcel Péquignot & M. Robert sont instituteurs. Mme Jacoulet Institutrice
    • Paul François Philippe Monnier est curé
    En 1928  
    • aubergiste Trimaille
    • charrons : Jeanneret - Corlet
    • fromagerie : Hème Kuhni
    • menuisier : Simonin Eugène
    • moulin : Jeannin Seraphin
    • René Ferreux est instituteur. Mlle Guignard institutrice
    • Auguste Leroux est curé
    Laitier vers l'église
    En 1930 
    • aubergistes : Trimaille - Hème
    • charrons : Jeanneret - Corlet
    • fromagerie : Hème - Kuhni
    • menuisier : Simonin Eugène
    • moulin : Jeannin Séraphin
    • Mlles Augé et Grunard, Mme Tournoux sont institutrices
    En 1931 un changement d'appellation : la fromagerie devient Société Coopérative Kuhni
    Famille Henri Kuhni fromager 1920
    En 1935 
    • aubergistes : Trimaille - Bourgeois  Maurice
    • charron : Jeanneret
    • fromagerie : Ste coopérative
    • Mme Mercier est institutrice
    Cette liste n'est évidemment pas exhaustive.  Toutes les années ne sont pas représentées. 
    Elle donne une idée en complément des articles déjà paru sur le site de Voillans
    Renseignements aimablement fournis par Françoise Frey, Pierre Bindner et Michel Grosperrin 
    (dans Annuaire du Doubs et Indicateur Fournier)
    Quelques précisions ajoutées ont été recueillies dans l'ouvrage de Pierre Guillaume "Le Village de Voillans et Ses Habitants" Octobre 1995. Photos anciennes : collection Martine Sandrat.

23 déc. 2010

Entreprise Philippe Guillaume

Entreprise  PHILIPPE  GUILLAUME
1 ROUTE DES PLANCHOTTES 
VOILLANS 25110 
tél/fax : 03 81 84 27 48 
mobile : 06 77 77 76 51
Cette entreprise est installée à Voillans depuis 2002.
Philippe Guillaume exécute tous travaux de MAÇONNERIE – TERRASSEMENT -CARRELAGE - ETANCHEITE - FAÇADE -  BETON DESACTIVE.
Neuf mais surtout Rénovation.

Dans un rayon de 30 kms aux alentours. 
Mais l’entreprise peut intervenir plus loin le cas échéant.

Travaux récents :

Restauration d'un mur d'enceinte

Terrasse en béton désactivé

A Voillans :

Aménagement de la Place du Souvenir

Mur de pierres à l'ancienne
Extension de la Salle des Fêtes
Le C hef d'entreprise surveille les travaux


Restauration de la fontaine Place Marlin
Béton désactivé en phase d'attente





17 déc. 2010

Au temps des Séquanes

Voillans au temps des Séquanes ?
Il faut reconnaître qu'on ne sait rien de cette époque très ancienne du village sinon que la présence humaine a été révélée grâce à la dent de Vergranne.
Les Séquanes passent pour les premiers habitants connus de l'époque historique du territoire qui deviendra la Franche-Comté. Leur origine ne doit guère différer de celle des autres peuplades celtiques ou gauloises voisines. On admet généralement qu'ils se sont installés ici au V° siècle avant JC.

Il nous a semblé logique d'évoquer ce passé lointain de la région en général.
Le Doubs  n'est pas loin de notre commune puisque des pêcheurs du village s'y rendaient à pied il n'y a pas si longtemps. Il est donc probable que très tôt des Séquanes aient pu habiter les hauteurs qui forment notre territoire communal. Chez les Celtes, les routes principales sont les voies d'eau. Le Doubs aura très tôt été utilisé.
Les Séquanes ont souvent été cités par le géographe grec Strabon (58-28 avant JC), de même que par Jules César dans ses Commentaires de la Guerre des gaules. Ces témoignages sont des sources écrites uniques pour la connaissance de leur mode de vie et ont pu être complétés par plusieurs études archéologiques.
A l'origine les Séquanes ont été des nomades. Mais ils se sont progressivement sédentarisés dans les régions les plus propices et les plus agréables à l'habitation. La clémence et la fertilité du pays leur a permis de développer peu à peu l'activité agricole.
César affirme ainsi que les champs de blés de la Séquanie étaient les plus beaux de toute la Gaule.
Les Séquanes pratiquaient déjà l'amendement. Ils engraissaient la terre, cette dernière se nommant "marne".

Nous reviendrons sur cette période qui se confond avec toute la région lorsque nous parlerons de la Voie Romaine. Nous voulions simplement aujourd'hui rappeler ce joli nom : Séquanes, nos ancêtres !


 

12 déc. 2010

Conseil Municipal du 19 novembre 2010


Compte Rendu
Conseil Municipal du 19 novembre 2010


Tous les membres du Conseil étaient présents

Secrétaire de séance : Monsieur Eric FIEDLER

ORDRE DU JOUR :

1) Station d’épuration lieu dit « La Grange des Noyes » :

La société GMI propose de mettre en place une station semi-collective à la Grange des Noyes.
2) Présentation par l’ONF de l’aménagement forestier pour la période 2011-2031 :

Délibération : L’aménagement de l’ONF pour la période 2011-2030 est adopté à l’unanimité par le Conseil Municipal. En comparaison avec la période 1991-2010, les tendances sont à une baisse des récoltes (de 575 pour le précédent aménagement à 380 m pour le nouveau) et à une augmentation des coûts d’entretien (de 2930 € par an pour l’ancien aménagement à 4955 € par an pour le nouveau
Questions Diverses


1) Délibération : Le Conseil Municipal autorise le maire à ouvrir les crédits modificatifs nécessaires :
Débit C/61523 F - 672,00€

Débit C/739118 F + 672,00€
2) Délibération : En vue des investissements concernant l’achat du semoir et la construction d’un appentis, le Conseil Municipal autorise le Maire à opérer les transferts.
Débit investissement

C/2315-110 -1300 €

C/ 1641 F - 0,01

Crédit investissement

C/10222 +1300,1

3) Délibération : Le Conseil Municipal, à la suite de la délibération autorisant la vente d’une parcelle communale à Monsieur Franck Liard, demande l’ouverture enquête publique du Vendredi 3 Décembre au Vendredi 17 Décembre 2010.

4) Délibération : Le contrat d’adjoint administratif de Mademoiselle Stéphanie Germain sera reconduit pour l’année 2011 pour une durée hebdomadaire de 7 heures.

5) Délibération : Sur proposition de l’ONF et après en avoir délibéré, le Conseil Municipal fixe pour les chablis et coupes de bois réglées de l’exercice 11, ainsi que pour les coupes non réglées les destinations suivantes :

1) Ventes de futaies affouagères de coupes feuillues :

Parcelles : 1a 2a 7j

Essences : diverses

Diamètre minimum par essence à l’initiative de l’ONF

Découpes dites « standard » : - Chênes et Hêtre

- Autres feuillus

Délai abattage : 31 décembre 2011

2) délivrance aux affouagistes :

Mode d’exploitation de l’affouage retenu : sur pied




11 déc. 2010

Les Chevaux de la Salle des Fêtes

Deux tableaux peints sur bois viennent d'être replacés dans le Salle des Fêtes.
(Merci Dominique !)

Ils ont une valeur affective pour la Famille Guillaume et  font partie également du patrimoine du village.

Ces deux tableaux représentent en effet des chevaux qui ont appartenus à Charles Guillaume (1864 - 1939)
Né le 6 mars 1864, il est le fils de Pierre-François qui aura de nombreux descendants que nous connaissons puisque certains vivent toujours à Voillans.
Charles Guillaume

Les renseignements suivants proviennent de l'ouvrage écrit par son petit-fils Pierre.
"Charles comme son père apprend la menuiserie (JustPaul et Simon leurs descendants perpétuent le savoir-faire familial). Arrive l'âge du service militaire et il a la malchance de tirer un mauvais numéro. Il reste quatre ans sous les drapeaux de 1885 à 1889. Le 19 décembre 1892, il épouse Honorine Guillaume de Planchotte. En plus de la menuiserie, il est représentant en machines agricoles et cultivateur propriétaire."

C'est ainsi qu'un jour l'abbé Drouot, curé de Voillans de 1897 à 1908, peint sur bois deux des chevaux de Charles alors qu'ils étaient dans la pâture nommée "L'Aigle" (Chemin des Planchottes). - on utilisait plutôt des boeufs à l'époque pour le trait - L'abbé Drouot était aussi un excellent photographe - nous en avons déjà parlé en présentant les Piles Daniell.






Ces tableaux qui datent de 1903 avaient été peints à l'origine pour deux portes de placard dans  un pièce du presbytère. Lorsque celui-ci a été vendu, en 1981, le Maire de l'époque, François Champroy, avait demandé aux acquéreurs s'ils acceptaient d'en faire don à la commune à titre de patrimoine. Replacés aujourd'hui sur les murs de la Salle des Fêtes ils sont un témoignage précieux du début du XXème siècle à Voillans. Les deux photographies ci-dessus proposées ont été "améliorées" - sur place les tableaux ne rendent pas aussi bien : une restauration serait bienvenue !






10 déc. 2010

1866 à Voillans - précisions

Le 7 décembre dernier nous avons présenté le recensement du 24 mai 1866

Quelques précisions nous ont été communiquées !
Elles proviennent d'un ancien Annuaire du Doubs.

Voici ces précisions :
Deux auberges-cabarets sont citées : L'une d'entre elles était tenue par Xavier Gindre
Celui-ci était déjà aubergiste en 1862. En 1870 c'est sa veuve qui est citée, comme en 1876 avec cette fois le nom Trimaille pour l'autre auberge sans doute.

Pierre Guillaume indique pour cette famille :
"Claude Gindre de Santoche épouse en 1740 Françoise Edme. Leur arrière petit fils Pierre, gendarme, sera décoré de la Légion d'Honneur". Xavier était le frère de Pierre.

L'instituteur en poste à cette date se nomme Jules-Joseph Griffon.
Pierre Guillaume mentionne à son sujet :
"Originaire d'Etalans, a 28 ans lors de son installation le 1er novembre 1863. Il épouse en 1872 Marie Vittot de Chaux les Passavant ; en 1878, les habitants sont mécontents des résultats et demandent son départ". Il sera en effet remplacé par Alphonse Chapuis.
L'école, rappelons-le était au centre du village à cette époque et non pas Rue de l'Ecole.


Le curé  de l'époque se nommait François Xavier Miget.
Curé à Voillans de 1834 à 1885.
Selon Pierre Guillaume toujours :
"né à Levier le 25 avril 1805. 
Prêtre le 26 octobre 1828, décédé à Voillans le 6 avril 1885". 







9 déc. 2010

Population de Voillans au XIXème siècle

Nous avons  publié  avant-hier un article sur le Recensement de 1866.
Il nous paraît intéressant de compléter celui-ci en évoquant aujourd'hui la population au XIXème siècle dans le canton de Baume les Dames. Quelques indications tirées de l'ouvrage de Pierre Guillaume  (octobre 1995).

 Evolution du nombre d'habitants de 1804 à 1922.


"Nous constatons :


De 34 en 1804, le nombre de communes est passé à 28 en 1989. 
Sont concernés : Bléfond, Bois la Ville, Champvans, Cour, Grange Villotey, La Vreville.


La population du canton a constamment baissé de 1836 à 1896.
En 1989, elle n'avait pas retrouvé son niveau de 1804. La population du département a plus que doublé en 1989 par rapport à 1804.


La population des communes : évolution en 1989 par rapport à 1804.


  • 6 communes ont perdu plus de 65 % de leur population : Bretigney, Lanans, Esnans, Voillans, Silley et Cusance.
  • 5 communes ont perdu entre 60 et 65 % de leur population : Montivernage, Passavant, Adam, Saint-Juan, Servin.
  • 4 communes ont mieux résisté (moins de 34 % de pertes) : Pont les Moulins, Villers le Sec, Hyèvre Paroisse, Aïssey.
  • 3 communes se sont développées : Baume les Dames qui est passé de 2 300 à 5 481 habitants, Autechaux qui a bénéficié de la proximité de l'échangeur de l'autoroute A 36, et Grosbois à un degré moindre, le long de la RN 83.
Les 10 communes restantes ont perdu en moyenne presque la moitié de leur population.
Notons en signe d'encouragement que vers 1836, Voillans était le village le plus peuplé."

Evolution à Voillans :
  • 1804  habitants : 462
  • 1836 : 574
  • 1866 : 405
  • 1896 : 305
  • 1922 : 259
  • 1989 : 142







8 déc. 2010

Remembrement

Un remembrement est une action de l'administration publique qui permet de modifier la répartition de la propriété immobilière de terrains en zones rurales ou en zones urbaines.

Nous avons évoqué cela en parlant de la Fontaine Romaine.

Le premier cadastre a été établi à Voillans en 1812 et le deuxième en 1980.

Le remembrement a été réalisé en 1975.
Les travaux de l'autoroute A 36 ont en effet nécessité des modifications.

La commune compte 989 hectares dont 265 hectares en forêt (nous en parlerons dans un prochain article avec notamment un document ONF).
Signalons en passant une très intéressante émission sur la chaîne "Planète" ce soir à 21 h 50 :
 "Ce bois dont nous sommes faits" (rediffusions:  10.12 à 14 h 25 et 16.12 à 14 h 30)

Au début du XXème siècle les collines qui entourent le villages étaient très peu boisées ; des vignes étaient plantées un peu partout. Elles donnaient une piquette comme dans les alentours du reste. Ce sera l'objet d'un prochain article.












7 déc. 2010

1866 à Voillans





Recensement du 24 mai 1866


La population est de 342 habitants au village.
                                   63 habitants aux hameaux
Total                         405


se décomposant en      Garçons   128                         Filles 115
                                    Hommes mariés   64              Femmes mariées  64
                                                        Veufs 9                            Veuves  25
                                                               201                                       204

en 1866 :    93 personnes ne savent ni lire ni écrire
                   18 savent seulement lire
                 294 savent lire et écrire
                      1 n’a pu être vérifié

2 Menuisiers – Charpentiers
4 Tailleurs de pierres
2 Couturières
2 Blanchisseurs
2 Cordonniers
1 Meunier
2 Auberges Cabarets
1 Fabrique de Fromage
1 Maréchal Ferrand
1 Epicier
1 Marchand de Tabac
1 Instituteur 
1 Garde – champêtre
1 Curé 




(Renseignements fournis par François Champroy.)





1866, c'est le Second Empire - Napoléon III
Romantisme : Lamartine - Chateaubriand ...
Progrès des Sciences exactes.
Réflexion sociale : Karl Marx prépare Le Capital



Besançon : naissance de Tristan Bernard (en septembre). 
Baume les Dames :  Pose de la première pierre de la salle d'asile Rue des Terreaux qui est le point de départ de l'ensemble "Pensionnat de demoiselles". (en juillet).

6 déc. 2010

Saint Nicolas

C'est une fête importante dans la tradition de l'est de la France notamment en Lorraine.
Il est peu de saints qui eurent une aussi grande popularité que St Nicolas.
Evèque de Myre au IVème siècle, c'est à peu près le seul élément historique sûr que l'on ait !
Né à Patara en Turquie vers 260, il fut de son vivant le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles.
Beaucoup de légendes par contre ont entouré ce personnage.


Le 6 décembre est surtout fêté en Lorraine et dans tout l'Est de la France ainsi que dans de nombreux pays d'Europe. Patron et protecteur des écoliers, St Nicolas a inspiré la légende du Père Noël, dont on peut dire qu'il est l'ancêtre d'une certaine manière. St Nicolas est aussi patron des navigateurs, des prisonniers des avocats et des célibataires !

5 déc. 2010

Un jeune du village récompensé

Une information capitale : 


Championnat du monde de la Couverture  IDF 


Xavier GUILLAUME fils de Philippe et Martine a terminé à la première place de cette compétition qui s'est déroulée à Belfast en Irlande du nord, en catégorie "Couverture métal"


Sur le même lien : Compagnons du devoir vous pourrez surfer - c'est passionnant - et surtout voir des vidéos de métiers pratiqués par ces jeunes Compagnons dont "Couvreur"


Xavier est à droite




Bravo Xavier !

4 déc. 2010

La Fontaine de la Voie Romaine

En allant à La Grange des Noyes depuis le village, sur la route nous croisons - sans le savoir pour certains - l'ancienne voie romaine d'Hadrien.


Un peu plus loin près du poteau qui balise la présence d'un pipe-line sur la gauche on peut apercevoir les traces d'une ancienne Fontaine Romaine.


Le triangle devant le bosquet est l'emplacement de cette fontaine -  Juin 2011
En effet vers le bois du Grand Trembloi, en Chezeau , on peut encore voir l'emplacement de cette fontaine.
("Chezeau"est une terme ancien qui proviendrait des Romains et qui signifie "domicile")

 

Novembre 2010

La terre n'est pas cultivée à cet endroit toujours humide. (septembre 2010)

Elle est cultivée de chaque côté ou laissée en herbe. (septembre 2010)


Le remembrement, au moment de la construction de l'autoroute A 36, a irrémédiablement défiguré ces lieux qui étaient, dit-on, assez typés, avec la petite mare, vestige des aménagements romains. Un étang pour retenir l'eau subsiste derrière le bosquet.


La tradition de nos anciens voulait qu'un précédent village ou un hameau ait existé à cet endroit et ait disparu !
En effet la source du Péqui jaillit en ces lieux. 

Pourquoi parle-t-on de "fontaine"? 
L'eau qui provient d'une source naturelle est trop fraîche et ne convient pas aux chevaux. Or à cet endroit les Romains avaient bien repéré que la source était retenue dans une poche souterraine. On la devine encore. Celle-ci alimentait  une mare qui fut aménagée en fontaine.
Des traditions orales ont même colporté l'idée que Voillans aurait pu être situé en cet endroit à l'époque romaine !
Alexandre Borrot (auteur du livre : Histoire de Baume les Dames des origines à 1914) avait été sollicité pour faire des recherches sur cette question.
Il convoqua des géologues qui, ayant examiné le sous-sol, en ont conclu après les sondages effectués, que seuls des dallages subsistaient en profondeur à environ trois mètres. Tout au plus un abri aurait pu être construit à proximité. 

Ce lieu était donc bien aménagé pour que les chevaux des convois romains - la voie passe à proximité - puissent se désaltérer. Un parc entre la voie et la fontaine permettait d'accueillir les équipages pour le repos et pour la boisson. 

Peut-on rêver qu'un jour les dallages romains soient mis à jour ?

Juin 2011
Automne 2011

6 juin 2013 - La fenaison

***
Nous fêtons aujourd'hui les Barbara
Ca tombe bien puisque nous venons d'évoquer la Voie Romaine car :
"Barbara" vient du mot latin "barbara", adjectif "barbarus", qui signifie "barbare" - "étrangère"