8 mars 2021

Journée pour les Droits des Femmes



Le 8 mars 2021 est la Journée Internationale pour les Droits des Femmes


Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes.

La Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.


Mais, à Voillans, les femmes n'ont pas attendu 1977 pour s'affirmer !


Les femmes de Voillans au XVII° siècle

Une petite chronique. 

Des hommes se présentent à l'entrée du village de Voillans pour piller celui-ci.
Les hommes du village prennent peur et vont se cacher dans les bois. 
Les femmes armées de fourches sont seules à faire front et repoussent les assaillants.


A la messe du dimanche suivant, le curé, du haut de sa chaire, entre dans une colère terrible et demande aux hommes de Voillans, en guise d'infamie et de honte, de ne plus occuper le côté droit de la nef réservé jusque là aux hommes et de s'installer du côté gauche alors réservé aux femmes.


Par cet acte de bravoure les femmes eurent l'honneur d'occuper le côté droit et ceci jusqu'au XX° siècle, quand, pour avoir quelques subsides supplémentaires, le curé de l'époque vendait aux enchères les emplacements aux familles sans distinction de sexe.

(Chronique déjà parue le 1er décembre 2010 sur ce site)




 

6 mars 2021

La cancoillotte

Et si nous parlions de la Cancoillotte ?


Histoire
𝕷𝖆 𝖈𝖆𝖓𝖈𝖔𝖎𝖑𝖑𝖔𝖙𝖙𝖊
Il existe plusieurs hypothèse quant à l’origine de la cancoillotte. D’une manière générale, on fait remonter les origines des fromages aux années 5000 à 2000 avant J-C. Certains historiens pensent donc que la cancoillotte aurait vu le jour à l’époque gallo-romaine et aurait donc plus de 2000 ans d’existence. On peut imaginer qu’elle avait déjà sa place sur les tables séquanes. Le mot cancoillote pourrait d’ailleurs provenir de l’expression latine "concoctum lactem", trouvée dans des écrits romains relatant la prise de la Séquanie (actuelle Franche-Comté) en 58 avant notre ère. Cependant de source moins scientifique, une légende de la région expliquerait la naissance de la cancoillotte. Certains historiens attribuent à la cancoillotte des origines beaucoup plus récentes, puisqu’ils situent son apparition au XVIe siècle. Cette spécialité fromagère serait née d’une erreur de fabrication.
Avant de porter le nom de "cancoillotte", cette spécialité a d’abord été appelée "fromage fondu", "fromage gaudot", "fromage de ménage" ou encore "fromage de femme". L’appellation actuelle ne s’est généralisée qu’à la fin du XIXe siècle et son orthographe a varié avec le temps.
Fabriquée essentiellement dans les fermes, la cancoillotte entrera dans l’ère industrielle lors de la première guerre mondiale grâce à Laurent Raguin, qui décide de la stériliser et de la conditionner dans des boîtes en fer blanc, afin d’approvisionner les soldats sur le front.

A Voillans

Il est probable que la fromagerie en fabriquait ?

Dans un article de "La Terre de Chez Nous" Voillans est cité à plusieurs reprises :

Construction de fromageries
Jusqu'en 1930, les paysans de Voillans vendaient leur lait à M. Marguet puis à M. Kuhni jusqu'au jour ou MM. Champroy et Roy décidèrent de construire une fromagerie à Voillans à proximité de la Fontaine et du ruisseau pour l'égout, et formèrent une société coopérative avec comme premier gérant M. Roche venant de Saint-Juan.
À Luxiol en 1935, Francis Garneret, Louis Girardot, Émile Barrand et Jules Page décidèrent eux aussi de construire un chalet de fromagerie et de passer en société du fromage avec comme premier gérant Alfred Braud. À Verne, Félicien Cuenot et Virgile Clausse décidèrent eux aussi en 1938 de construire une fruitière et de former une société coopérative de fromagerie avec comme premier gérant Roche André venant de Voillans. Après ces événements Laurent Raguin, vexé, quitta Verne pour s'installer à Baume-les-Dames comme fabricant de cancoillotte uniquement. Le metton était fourni par les fabricants des alentours, comme Arnaud Barrand, entres autres.
Pendant ces constructions de fromageries, le lait de Luxiol était travaillé à Voillans, transporté par Louis Girardot.
Le lait de Verne fut travaillé ensuite à Luxiol, transporté par Auguste Girardot de Verne.




On sait le parcours de Laurent RAGUIN

Depuis 1870, l'histoire de la cancoillotte est intimement liée à celle de la Maison Raguin. Au fil du temps, cette entreprise familiale a développé une gamme de pots au goût unique, à la texture onctueuse, pour plus de plaisir au quotidien.






Extrait : Grâce à la stérilisation du produit imaginée et réalisée par Laurent Raguin, la cancoillotte peut voyager dans toute la France à partir des années 20, grâce à un nouveau type de conditionnement : les boites métalliques. Puis apparaissent les pots en carton paraffiné et enfin les pots en plastique à partir de 1960. Plus récemment, ont été introduits sur le marché des pots en verre fermés d’un couvercle métallique.



Mais revenons à Voillans.

En tout cas les familles paysannes du village savaient cuisiner la Cancoillotte... et l'utiliser dans de nombreuses recettes avec notamment des pommes de terre.

Au départ il y a le metton

C'est du lait caillé, en général les campagnards préfèrent préparer eux-mêmes leur cancoillotte, en faisant fondre le metton avec du lait ou de l'eau dans un caquelon. Souvent ils frottaient une gousse d'ail sur la croûte du pain... 

 avant de la tartiner, (ça emportait la bouche).




En 2011 nous présentions la Fromagerie Kuhni qui était installée en face du presbytère dans un ancien prieuré, l'actuelle Bonnot.

C'est aussi l'occasion de rappeler l'anecdote "La Dorlette" que nous a partagé François Champroy en 2012


Ce fromage est emblématique de la Franche-Comté.

16 rue du Château 25 110 Voillans
relatait en février 2020 que la Cancoillotte s'était à nouveau distinguée
au Concours Général Agricole





Pour aller plus loin : Quelques recettes 

4 mars 2021

Rénovation du toit de l'ancien presbytère

Un article a été publié en novembre 2012 sur l'ancien presbytère et l'église

Les actuels propriétaires de cette maison ont entrepris de restaurer sa toiture qui donnait d'évidents signes de vétusté. 

Côté Est : tuiles d'avant guerre


Côté Ouest : tuiles d'après guerre



Travaux en cours

Ils sont réalisés par l'excellente Entreprise Fabien Gaurois


C'est l'occasion de revenir sur l'histoire de ce bâtiment qui fait face à l'église.

Précisons tout d'abord la signification du mot "presbytère" : 

Le presbytère  « ordre ou sacerdoce des prêtres », d’où lieu de vie des prêtres est l’habitation du curé chez les catholiques ou du pasteur protestant. Il est également appelé maison curiale ou cure.

Il est propriété des paroisses ou des mairies.


Depuis la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, tous les presbytères construits avant cette date ont été confisqués par l’État et sont à la charge des communes tant qu’un ou plusieurs prêtres en ont l’usage. Les paroisses payent les charges de fonctionnement et l’entretien courant mais ne financent pas les travaux de restauration qui incombent aux mairies.

C'était le cas à Voillans.  


La partie la plus ancienne de ce bâtiment date du XVII ème siècle. (A gauche sur la photo de 1981)


Il n'en reste plus que quelques pans de mur.

Le bâtiment fut agrandi au XIX ème siècle.

Le presbytère précédant avait été détruit et incendié en 1636 par les "Suédois" de Bernard de Saxe-Weimar, on disait les "Schwed" en patois. 

Il n'était pas situé au même endroit : il se trouvait au Prélot entre la Rue Chabrol et la Rue du Prélot.  

Le village avait été brûlé pratiquement dans son entier.

La liste des prêtres qui l'ont habité a été publiée en janvier 2011 sur ce site.

En 1906 l'un des curés, l'abbé Drouot, qui était aussi photographe, nous a laissé de nombreuses vues de village dont celle-ci du clocher comtois et du presbytère.


On remarquera la lucarne, appelée aussi "chien assis" qui a changé de côté depuis.


Mais pourquoi une si grande maison pour deux personnes : le curé et sa bonne ? 
Les raisons principales étaient les suivantes : il fallait donc loger un prêtre avec son bureau et sa chambre, éventuellement un vicaire et loger une bonne. Et puis il fallait une cuisine, une salle à manger pour recevoir, et à la campagne une écurie/étable pour un cheval (visites du curé à ses ouailles éloignées) et une vache, une grange à foin, une salle de catéchisme et une chambre pour recevoir l'évêque et son secrétaire qui se déplaçaient pour plusieurs jours. 
La cuisine donnait côté ouest où l'on aperçoit sa petite fenêtre juste dans l'angle au rez de chaussée : il n'y faisait pas très chaud ! 

Une extension  de la grange fut réalisée au début du XX ème siècle pour permettre d'y donner des spectacles notamment La Crèche Comtoise, cette pièce populaire de 1792 en patois.

Les plus anciens habitants s'en souviennent avec émotion. 
Les anciennes "toilettes" extérieures communiquaient quand même avec la cuisine. Elles étaient accolées à la partie la plus ancienne du bâtiment. 


Cet article sera suivi d'autres éléments historiques et de quelques anecdotes !









3 mars 2021

Troisième épisode de Sirocco




MERCREDI 3 MARS : SABLE du SAHARA • CIEL VOILÉ et GRANDE DOUCEUR 

Ce Mardi, soleil et douceur ont fait grimper le thermomètre jusqu’à 19,9°C à Baume-les-Dames (25). Mais le ciel s’est voilé en fin de journée. 
►► MERCREDI 3 mars : On retrouvera un temps lumineux mais toujours fortement voilé le matin. Le lever du soleil pourrait d’ailleurs être orangé ! Et pour cause, un nouveau Nuage de Sable en provenance directe du Sahara filtrera les rayons du soleil. Le ciel prendra alors des couleurs désertiques lorsque le soleil sera bas à l’horizon mais plutôt blanchâtres en journée... Les retombées au sol seront toutefois limitées. Le vent s’annonce discret et la fraîcheur du matin laissera place à une grande douceur l’après-midi !
🌡
Les valeurs atteintes mardi ne devraient plus être dépassés mais prévoyez quand même 15 à 18°C sur l’ensemble de la Franche-Comté !
► JEUDI : Une alternance de passages nuageux et de petites éclaircies est attendue le matin. Très vite, les nuages prendront l’avantage l’après-midi et seront même porteurs d’averses de pluie arrivées par la Lorraine. Le risque gagnera le Haut-Jura en fin de journée. Il fera moins doux avec souvent 12 à 15°C.
► VENDREDI : Le flux basculera plein Nord, parfois même au Nord-Est et la baisse des températures s’accentuera. Prévoyez 5/9°C pas plus l’après-midi, toujours sous un ciel chargé de nuages. Quelques averses circuleront encore dans la région avec des flocons de neige (sans tenue) dès 1000m environ !
► WEEK-END : Éclaircies et gelées signeront le retour d’un temps calme pour les journées de Samedi et Dimanche. Des brouillards seront également possibles aux premières heures. La fraîcheur sera aussi marquée les après-midis avec 4 à 10°C de maximales (des températures de saison, donc).

Source Météo franc-comtoise sur FB

 

1 mars 2021

Dictons de mars

 


Et aujourd'hui 1er mars c'est la Journée Mondiale du Compliment !



28 févr. 2021

Blake à la ferme

Hier nous pouvions nous rendre dans une ferme proche pour la visiter.

En novembre et en janvier Blake Bonney a eu ce privilège à Miami aux States évidemment !


William et Blake près d'une Holstein




Blake fait un clin d'oeil à ses lointains ancêtres de Voillans 
qui pour la plupart d'entre eux étaient paysans.
Alexis et Louise Bonney étaient cultivateurs en 1826.


A bientôt William et Blake sans oublier la maman Wai Man !